top of page

La loyauté



Toi aussi tu connais ces situations où la loyauté à une personne, à des valeurs ou à une situation est la force qui prend le dessus sur le reste ?


La loyauté, ça sonne bien, ça ressemble à une valeur noble et bienveillante.

Et pourtant…


C’est un peu comme le code de l’honneur en 1902 : un vernis de surface qui passe bien aux yeux des autres, bref un truc inutile.


C’est quoi la loyauté ?

C’est être fidèle à son engagement.


Genre, t’as commencé un truc donc tu le termines.

C’est ton mari ou ton épouse donc vous devez rester ensemble.

Vous êtes fait l’un pour l’autre, c’est votre destinée donc rien ne peut vous détourner de votre relation.

La famille, c’est sacré donc tu dois suivre le modèle familial.

Tes parents sont ceux qui t’ont mis au monde donc tu dois être là pour eux, quoi qu’il arrive – ils sont vieux en plus, tu ne vas pas les abandonner !

Tes amis, tu les connais depuis toujours, vous avez des souvenirs en commun donc vous serez toujours unis.

Ton job, c’est ton investissement personnel donc tu dois rester à la hauteur.

Tes collègues et tes clients comptent sur toi donc tu ne peux pas te débiner.


On parle même du conflit de loyauté…

Tu ne sais pas sur quel pied danser entre Maurice et Josette, pris(e) dans un étau.

Un conflit ?!

La loyauté amènerait à une guerre intérieure et on trouve ça joli ?!


Dès qu’il y a un « il faut » ou « je dois », tu sais que celui qui parle c’est l’ego.

Et en fait, tu ne dois rien à qui que ce soit.


Être loyal ressemble à un asservissement imposé, à un cadre que tu t’imposes.

Tu as appris à respecter par obéissance, à te formater et à obéir par devoir.

Il s’agit pour ton ego d’obtenir la soumission volontaire, de faire en sorte que tu agisses en fonction d’autrui et pas de toi-même.


Pourquoi s’imposer une telle servitude ?

Pour se conformer, rentrer dans le moule, ne pas déranger ou faire de vague, plaire ou ne pas déplaire, éviter le combat, être le(a) bon(ne) élève, gagner des médailles et des gommettes dorées, être reconnu(e) et valorisé(e), … bref, être aimé(e).


Tu l’as reconnue la vilaine qui se cache derrière ?

C’est la blessure de rejet.


Être loyal, c’est appuyer ta dépendance aux autres, cet attachement au regard extérieur qui n’est que le reflet de ta propre insécurité intérieure.


Que faire alors ?


Arrêter de faire passer la loyauté avant soi.

Arrêter de faire passer les autres avant soi.

Arrêter de laisser ton ego prendre le contrôle de ta vie.

Arrêter de te rejeter.


Affronter la peur de l’imperfection, de ne pas être à la hauteur, de décevoir, de déplaire, d’être critiqué(e), d’initier un conflit, d’être dévalorisé(e), d’être transparent(e), bref… de ne pas être aimé(e).

C’est accepter de ne pas plaire à tout le monde et oser être soi, quelle que soit la réaction en face.


Finissons-en avec la blessure de rejet !


C’est le moment de revenir vers toi.

De dégager les « il faut », « je dois ».

De te prioriser.

De te choisir.


Il est temps de dégager la loyauté.

Être déloyal, c’est un pas vers l’amour de soi…





Comentários


bottom of page