top of page

Nouvelle Lune du 13 novembre




Le Soleil et la Lune se sont donné RDV en Scorpion, avec Mars conjoint et Uranus en opposition.


L’énergie guerrière de lumière au service de la transformation du mal-être.

Mise en lumière des zones de l’inconscient pour un éveil de conscience.


C’est ton coté combatif qui est titillé... celui qui refuse l’injustice, le rejet, la médiocrité, la perversion du monde et des êtres.

Tu peux être pris(e) aux tripes, depuis l’intensité qui te vient du ventre.


La terre tremble et amène stress, anxiété, rage, colère... l’inattendu rejoint la volonté de changement.

Les fondations sont déstabilisées pour une accélération de la transformation.

Rien ne se construit durablement sur de la boue.

Pour tenir dans le temps, un assainissement du sol est nécessaire.


La pression monte, comme un volcan qui cherche à libérer la lave en fusion.

Avec le Scorpion, il est question de plonger dans les enfers de l’être, encore une fois, de faire l’expérience de la descente en soi pour aller bousculer le moi (ego).


Dans ces zones secrètes, sombres et cachées, tu croiseras peut-être des facettes de toi oubliées, des visages balafrés, des reliques d’attachements toxiques, une inflammation des émotions, ...


Comment canaliser l’énergie vitale du guerrier qui rage ?

Il te faut trouver la voie pour dompter ce bouillonnement intérieur et utiliser le feu créateur dans une quête du cœur.


Il existe un point culminant dans la bataille intérieure, celui où l’énergie de la bravoure et du courage se positionnent en faveur du ciel.

Celui où tu rétablis la juste place de ta polarité masculine dans une illumination intérieure.

Elle vient comme une irruption du nouveau, une naissance dans l’âme.


Le détachement est une clé devant l’intensité émotionnelle.

Non pas l’indifférence mais la prise de recul tout en restant en pleine présence, à l’écoute.


La révélation fait suite à la rumination et puis vient l’action.


C’est laisser la mort venir à toi, celle symbolique, celle qui dés-attache, celle qui libère...

Ne pas la voir comme une fin mais bien comme un commencement, partie prenante de la vie.

C’est accepter le bouleversement parce qu’il est libérateur.

La rupture n’est pas forcément synonyme d’échec mais de changement.

En voyant la lumière dans le processus de mutation, tu peux aller de l’avant et affronter ce qui doit être bravé pour te délivrer.


Le changement demande de prendre courage pour faire face à tes plus grandes peurs et les dépasser.

Trouver la force et l’énergie qui te permettent de te révéler.


Place à la régénération.

Commentaires


bottom of page